Retour à la liste des articles
9 mai 2018

Des talents uniques : Jeanne MARTINER, chef de partie !

Rattrapée par son destin. De Math Sup à la cuisine, il n’y a qu’un pas à qui sait se donner les moyens de ses ambitions. Quand la passion a frappé à la porte, Jeanne Martiner n’a pas hésité à troquer les stylos contre le tablier pour s’épanouir aujourd’hui dans les cuisines du Château de la Pioline. Portrait d’une chef de partie curieuse et studieuse.

C’était écrit et l’astérisme de la Grande Casserole brillait déjà largement au-dessus de son berceau. Avec un grand-père cuisinier et une mère nourricière attachée au fait-maison, Jeanne a grandi dans la marmite du bien manger, éduquant son palais et alimentant sa bibliothèque des saveurs. Après 3 ans de math sup et des idées de carrière d’ingénieur, elle bifurque sur le chemin de l’école hôtelière, dévorée par la passion. Déjà un stage au château de la Pioline, des expériences variées et puis un an au Métropole Monte-Carlo de Joël Robuchon lui mettent définitivement la main à la pâte. De retour à Aix-en-Provence, Jeanne rejoint alors l’équipe duchef Reboul comme demi chef de partie garde-manger, puis chef de partie pour évoluer ensuite aux poissons. Touchée par la confiance de l’équipe de la Pioline et fascinée par l’audace créatrice du chef, Jeanne se rôde aux techniques, parfait ses gestes, s’imprègne de l’esprit de la cuisine de Pierre Reboul, intègre, goûte et dévore tout.

Car d’apprendre Jeanne a grand soif. Curieuse et avide de savoir, poussée par la liberté d’entreprendre, Jeanne teste et propose. Parmi ses plus beaux essais, propulsé directement à la carte, ce cabillaud, voile de lait vanillé, purée de pomme de terre et poudre de chorizo. Autre belle réussite, ses feuilles d’automne aussi vraies que nature en farce de volaille déshydratée. Au Château, Jeanne se reconnait dans une cuisine inventive, se plait de la liberté de créer offerte et même impulsée par le chef, apprécie l’autonomie et la confiance.

Seule chef de partie de l’équipe, nourrit par sa passion et portée le talent facétieux du chef, Jeanne déploie ses ailes. Un euphémisme pour cette passionnée de voile et de voyage, amoureuse des grands espaces, qui a trouvé dans les cuisines de la Pioline le tremplin de ses aspirations.